Hué - La poésie urbaine

En 1636, le Seigneur Nguyen Phuc Lan choisit Kim Long pour chef lieu de Dang Trong (territoire Sud). Depuis ce site devint sans cesse la cité-chef lieu de Phu Xuan (sous l’époque du Seigneur de Nguyen Phuc Khoat) et la capitale de Hué (sous le règne du roi Quang Trung jusqu’à la dynastie de Nguyen).

Jusqu'à aujourd'hui Hué existe depuis 360 ans. Sur le plan architectural elle reste une ancienne cité du début du XIXème siècle. Par sa position particulière dans l’histoire du Vietnam, Hué est un carrefour d’échanges pour qu’elle soit un centre historique et culturel d’importance du pays.

L’entrée à Hue est serpentée

Les montagnes bleues, la rivière verte comme tableau de nature

Montagne et eau, deux éléments de l'harmonie et de l'éternité sont mis en valeur dans l’esprit des aménageurs-architectes pour la création d'une une ville capitale d'antan. Hué, une de rares cités dans le monde moderne reste encore bercée dans la poésie de la nature profonde. Les montagnes, rivières, lacs donnent une vision comme sur une peinture changeante, panoramique et ils y encadrent la nature et les couleurs. La ville a connu son apogée pendant des siècles, reste toujours un cadeau précieux pour l’homme et qui répond  aux souhaits les plus vifs des citadins d'être au milieu de la nature.

La nature offre à Hué pour toujours un calme bien profond pour se faire partager avec l'homme. Mais à la différence du silence du passé, Hué est active grâce aux vies de ses habitants qui est en harmonie avec l’ambiance exceptionnelle que les montagnes, la mer, des plantes, des jardins y créent. La beauté d'un site n'invite pas seulement à contempler; à travers la verdure des jardins, la nature fournit des éléments nutritifs à la vie ... La nature se trouve dans la poésie profonde et reste éternellement pour cette ancienne capitale. Un architecte russe Iu. Murdin observa que dans le monde il existe plusieurs catégories de villes : ville-ouvriers, ville-sciences, ville-port, métropole et mégaville, ‘‘mais il est extrêmement rare de voir une ville-poésie. Pourtant il existe au Viêt-nam une ville comme telle, c’est Hué’’.

Le Seigneur Nguyen Phuc Lan fut le premier fondateur de la Citadelle de Hué quand il décida de déménager la forteresse de Chau Hoa à Kim Long, en choisissant la rivière des Parfums comme l’axe central pour la construction de Hué. Il est rare d’avoir une telle rivière comme un long poème transportant la symphonie d’une région culturelle. Traversée dans des musiques des gongs des forêts vierges, elle rencontre les philosophes lorsqu’elle va à la Citadelle comme une rêveuse en regardant des monuments historiques, avant de se jeter dans la lagune Tam Giang, toute près de la mer. A cet endroit, la lagune remplace la rivière et donne accès au Sud qui abrite la station de villégiature climatique de Bach Ma – Cheval Blanc, tres connue, qui surplombe la lagune de Cau Hai. La lagune continue encore vers avec les plages de Canh Duong et Lang Co à sable fin et blanc jusqu’au pied du col Hai Van – col des Nuages dont les pierres d’antan n’ont pas laissé perdre les 4 lettres ‘‘De Nhat Hung Quan – le monument le plus prestigieux’’ .

Il s’agit des potentialités touristiques les plus charmantes de Hué ; comme disait un poète français ‘‘et les fruits dépasseront la promesse des fleurs’’.
Dans cette poésie créée par la nature, se concentrent ici les grands travaux faits par les hommes. Le patrimoine bâti de la dynastie de Nguyen constitue une grande fierté du peuple vietnamien par son esprit de créativité et le sens communutaire du peuple vietnamien après la réunification du pays au début du XIXème siècle.

Quand nous visitons les monuments de Hué, ce qui surprend, c’est la maîtrise des sciences exactes dans la construction des édifices par l'utilisation des règles d’or sur la porte du Midi – Ngo Mon ou autres règles dans l’art de bronze comme sur les neuf urnes dynastiques – Cuu Dinh, ou par une case à pierre résonnante sur le Tertre de Nam Giao; la décoration des porcelaines de "bleus de Hué", ou plus en détail par la position d’un nombre très limité de lettres pour la composition des dizaines de poèmes dans le Palais de Long An, ou bien par le mystère des poèmes dans les différents endroits de la toiture du tombeau de Minh Mang; ce sont les secrets qui ont du attendre des siècles pour que ce soit expliqué par les sciences. En 1957, l’équipe de chercheurs sur l’Orient présidée par l’académicien Jean Cocteau classa Hué dans la liste des ‘‘merveilles du monde’’ (Les Merveilles du Monde, Paris-1957).

Le Jardin est une conception cohérente pour limiter de l’espace architectural de Hué : jardin-maison, jardin-pagode, jardin-palais, jardin-tombeau, jardin-village. D'une manière générale, il est vrai de dire que Hué est une ville-jardin. Ce concept se traduit par une idée profonde sur l’origine de 3 religions assimilées dans la culture des Viets sous l’époque de Ly-Tran:  les hommes et l’univers constituent une entité commune  qui se lie pour se libérer.

Les tombeaux des empereurs de Nguyen représentent une architecture imposante, tout en se cachant dans le silence des montagnes. Chacun se traduit par un caractère bien distinct sur le plan architectural. ‘‘L’architecture doit parler de quelque chose de différent suivant les hommes différents’’ selon le principe du concept de l’architecture moderne de Charles Moore; en même temps chaque tombeau ressemble plus à un parc de loisirs pour l’homme vivant qu’à un lieu d'au-delà du mortel. L’aspect calme du passage entre le monde des vivants et le monde des morts est une qualité humaine des tombeaux de la dynastie de Nguyen et c’est également une attitude simple des Huéens face aux principes vie-mort de l’humanité.

La pagode de la Dame Céleste (1600) est le plus vieux des édifices de Hué; par la suite, d'autres édifices ont été construits dans les siècles suivants mais tout un ensemble bâti se trouve dans l’harmonie durable de la ville que le Secrétaire Général de l’UNESCO M. A.M.M’ Bow  qualifia de ‘‘chef d’œuvre de la poésie urbaine’’.

Etant au contact avec la culture chame durant les siècles de Chau Hoa, lieu de rencontre avec la civilisation européenne au début du XVIIème siècle, Hué a hérité de l’histoire des ancêtres venus du delta du Fleuve Rouge dans leur marche vers le Sud ; la communauté des vietnamiens de l’ancienne capitale garda un esprit de synthèse pour constituer une culture immatérielle de la région Hué.

Depuis des siècles, les Huéens ont su créer une tradition littéraire, un système d'accent basé sur cinq notes fondamentales, une philosophie humaine particulière traduite dans les habitudes et comportements, dans la façon de cuisiner et faire des fêtes ou encore dans les croyances particulières. Cette richesse immatérielle s'exprimant par un ‘‘accent’’ huéen dans sa vraie nature constitue une identité appelée ‘‘caractère de Hué’’.

Tous savent que ‘‘la culture de Hué’’ n’est pas une œuvre de la population autochtone. Etant chef lieu dans l'histoire et ensuite capitale, Hué a su attirer les élites de l’ensemble du pays. Chaque personne apporta son savoir faire, son souvenir pour contribuer aux traditions de la communauté; à son tour, elle devint maître d’une richesse grandissante. C’est pour cette raison que ‘‘la culture de Hué’’ dépasse une culture locale et fait partie à part entiere de la vie culturelle du peuple vietnamien, Hué est partie prenante des contributions de différentes zones du Viêt-nam et elle est reconnue ‘‘Patrimoine Culturel Mondial’’ (par l'UNESCO en 1993).

Il est certain que la communauté des Huéens, les autorités et les habitants se sont vu confier la préservation d'un patrimoine précieux du peuple vietnamien. Personne ne peut permettre une surexploitation du patrimoine à préserver sans prendre de responsabilité pour la sauvegarde et la valorisation de l'héritage, laissé par nos ancêtres.

C’est la responsabilité et les droits que Hué doit prendre pour aujourd’hui et  demain.

 
Informations touristiques
Lettre d'information
---